La gestion défectueuse des déchets médicaux en cette période de crise épidémiologique préoccupe des parlementaires qui ont mis en garde contre l’autre danger qui se profile à l’horizon. Le chef du groupe du PJD a interpellé le ministre de l’Environnement sur ces déchets qui se retrouvent dans les décharges publiques.

Issus de la majorité parlementaire, ces députés ont fait part de leur inquiétude à propos de plusieurs hôpitaux publics et cliniques privées, ainsi que des sociétés chargées de la gestion des déchets, qui se débarrassent, de façon inappropriée, des déchets médicaux et pharmaceutiques (DMP) générés par le traitement du covid-19.

Dans une question écrite, le président du groupe du PJD à la chambre des conseillers, Nabil Chikhi, a expliqué que « la collecte et le traitement des déchets médicaux constituent un véritable danger pour le citoyen et pour l’environnement ». Pour lui, il est urgent que les centres hospitaliers et les sociétés chargées de la gestion des déchets, « prennent le maximum de mesures de sécurité et de prévention » pour mettre un terme à « la prolifération de ces déchets dans certaines décharges publiques, particulièrement à Agadir », rapporte le360.

Il y a quelques semaines, le Centre international des technologies de l’environnement relevant de l’ONU, avait donné l’alerte en indiquant que « le traitement inadéquat de ces déchets entraîne des risques graves liés à la transmission de maladies infectieuses aux éboueurs, aux médecins, aux malades et par conséquent, à tout l’environnement ». Il a par ailleurs souligné que les pays doivent « traiter les déchets médicaux par des techniques thermiques, chimiques et biologiques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *